QVT et Bien-être en entreprise

QVT (Qualité de vie au travail) bordeaux Pessac Bien être au travail

Quand le massage assis et la naturopathie s’inscrivent dans une démarche QVT.

Parce que le “prendre soin de soi” a aussi sa place sur le lieu de travail et que la gestion du stress est au cœur des préoccupations actuelles, je propose des interventions en entreprises.

 

Ces interventions s’inscrivent dans une démarche QVT (Qualité de Vie au Travail), offrant ainsi aux salariés des temps ressources. J’interviens avec plusieurs techniques, selon les souhaits et les besoins de l’entreprise. Cela peut être à travers les massages assis ou encore des ateliers ayant pour sujets, la gestion du stress, les méthodes de relaxation ou encore  l’alimentation. Je travaille sur toute la région Nouvelle Aquitaine.

 

Par ce biais, l’entreprise entre réellement dans une approche de qualité de vie au travail (QVT), en donnant à ses salariés, les moyens et les ressources, d’être acteurs de leur santé et de leur bien-être.

les objectifs :

  • Apporter un mieux être avec les massages.
  • Informer, éveiller et sensibiliser au « prendre soin de soi ».
  • Rendre les salariés acteurs de leur santé, en misant sur l’information, la responsabilisation et la prévention.
  • Apporter un mieux-vivre et un mieux-être, grâce à des techniques simples et naturelles, accessibles à tous et toutes.
  • Faire diminuer le risque d’absentéisme
  • Mieux gérer la fatigue et le stress.
  • Retrouver de l’énergie et du mieux-être.

 

Toutes les infos : https://unemainposee.fr/index.php/entreprises-instituts/

Naturopathie : une consultation “spécial printemps”

Naturopathie à chaque saison

Naturopathie au printemps, se détoxifier et se vitaliser

Au printemps : détox et vitalisation

Cette année, je vous propose une consultation orientée en naturopathie. Différente d’un bilan de vitalité (première consultation), cette consultation est plus ciblée et a pour intension de vous orienter vers un allègement (physique et mental), tout en vous faisant gagner en vitalité.
Pour compléter la consultation, je vous propose un temps de bien-être, avec un massage des pieds inspiré de la réflexologie plantaire. Il s’agit d’un toucher spécifique qui travaille sur les tensions, les blocages, en stimulant certaines zones reflexes du corps.
Ces deux heures sont une parenthèse pour soi.

A noter : Cette offre est valable jusqu’au 30 avril 2022.

Ménopause, et si on en parlait avant ?

Atelier-conférence Samedi 26 Mars 2022
Ménopause, et si on en parlait avant ?

 

Quelques extraits des retours du premier atelier :

“Très instructif, surtout sur un sujet aussi tabou”.
“Passionnant, j’ai appris plein de choses et je vais aborder ce cap plus sereinement”.
“Très instructif, peut faire peur, mais c’est un processus normal… Positiver et s’aimer”.

Cet atelier s’adresse aux femmes de 40 ans et plus, non ménopausées, qui souhaitent entrer dans cette période de leur vie en confiance, informées sur ce qui reste aujourd’hui encore, un tabou sociétal.

Voici les thèmes abordés :

– Qu’est-ce que la ménopause et quel est le rôle des hormones féminines ?
Quand tout se dérègle, que se passe-t-il ?
– Et si cela ne concernait pas que les femmes ?
– Quelles orientations naturelles à mettre en place dès maintenant ?
– Quelques conseils pour bien vivre sa ménopause.

 

Pour accompagner ce moment d’échanges et de convivialité, nous dégusterons une tisane “dédiée à la féminité”.

Le prix de l’atelier est de 17 € et l’achat des billets se fait en ligne :

L’atelier a lieu au Haillan – Salle très facile d’accès depuis la rocade et stationnement gratuit.

Au plaisir de partager ce moment avec vous !

Atelier Naturo’Pratique : Cultiver son immunité, une question d’équilibre

Des clés pour son immunité

Atelier-conférence Samedi 20 Novembre
Cultiver son immunité, une question d’équilibre.

 

Parce que comprendre permet d’agir.

 

A l’approche de l’hiver et pour aborder cette saison sereinement, je vous propose un atelier sur l’immunité.

Voici les thèmes abordés :

Qu’est-ce que l’immunité et comment ça fonctionne ?
– Quelles sont les méthodes naturelles pour soutenir son immunité : alimentation, sommeil, mais pas seulement !
– Présentation des plantes et micro-nutriments boosters de l’immunité.
Hiver : Quels remèdes naturels avoir dans sa “pharmacie naturo” (pour les adultes et les enfants).
– Et parce qu’il n’y a pas d’immunité s’il y a du stress (et nous verrons cela), une petite séance de relaxation clôturera cet atelier.

Pour accompagner ce moment d’échanges et de convivialité, nous dégusterons une tisane “spéciale immunité”, préparée par l’herboristerie HERBEO à Bordeaux.

Le prix de l’atelier est de 13 € et l’achat des billets se fait en ligne – le nombre de participants est limité à 15.

Billetterie :  https://www.cityvent.com/e/LesAteliersNaturoPratiques

L’atelier aura lieu au Haillan – Salle très facile d’accès depuis la rocade et stationnement gratuit.

J’espère que le programme vous plaît 🙂
Si vous avez des questions ou demandes spécifiques, n’hésitez pas à me contacter.

Au plaisir de partager ce moment avec vous !

Focus sur l’alimentation

L’alimentation quotidienne devrait nous apporter les nutriments essentiels pour nous permettre de maintenir notre niveau d’énergie physique et mentale optimale, ainsi qu’une bonne résistance face au stress et à la maladie.

Les principaux matériaux dont le corps a besoin au quotidien :

Les protéines : pour la construction, la réparation des tissus cellulaires, l’immunité, la croissance.

Protéines animales (contiennent les 8 Acides Aminés Essentiels) : Viande rouge, viandes blanches, coquillages et crustacés, poissons, produits laitiers, œufs.

Protéines végétales : Légumineuses (pois, lupin, soja, haricots secs, lentilles…), céréales (quinoa, millet, épeautre, blé, avoir, graines de chia…), oléagineux (noix, amandes, graines de courge, noisettes, olives…) Produits frais : avocat, champignons, algues, pollen, graines germées, levure de bière

Nota : Pour les céréales et les légumineuses, les 8 Acides Aminés Essentiels (acides aminés que notre corps ne peut pas synthétiser et qui doivent être apportés par l’alimentation) ne sont pas tous présents. Il faut donc faire des mélanges pour avoir les 8 AAE : 1/4 de légumineuses + 3/4 de céréales.

 

Les glucides : sucres lents et rapides pour l’énergie, le réchauffement

Les sucres lents sont des sucres complexes composés surtout d’amidon. Ils apportent de l’énergie en continu dans le corps, ainsi que de la chaleur.

On les retrouve dans :

  • Les céréales complètes comme le riz, le blé, le sarrasin ou encore le millet ;
  • Les légumes racines comme les pommes de terre, les carottes (cuites), les betteraves ;
  • Les légumineuses, à savoir : lentilles, pois, haricots secs, fèves, soja ;
  • Les fruits farineux comme la banane ou encore la châtaigne ;
  • Les oléagineux : les amandes, les noisettes.

Les sucres rapides sont des sucres simples. Ils apportent de l’énergie rapidement au corps sans qu’il y ait surmenage de l’organisme. L’intérêt de ces sucres est qu’ils font peu de déchets dans l’organisme, mais cette rapidité d’assimilation fait qu’ils produisent une réserve insuffisante en sucre pour l’effort physique et le froid.

On retrouve ces sucres rapides dans :

  • Les fruits frais ;
  • Les fruits séchés ;
  • Certains légumes comme les carottes crues, les navets ;
  • Le miel ;
  • Le sucre complet bio.

 

Les lipides : pour l’énergie, le transport des vitamines, un bon fonctionnement du cerveau, la fabrication d’hormones.

Les Lipides sont des acides gras. De même que les glucides, ils constituent une réserve d’énergie pour l’organisme. Ils représentent 60% du poids du cerveau et sont indispensables à son développement. Ils interviennent dans le transport des vitamines liposolubles (A D E F et K), l’isolation de la gaine de myéline, la fabrication d’hormones, et le maintien de la souplesse de la membrane cellulaire.

On distingue deux grandes familles d’acides gras : les acides gras saturés qui ont des molécules à liaisons simples que le corps a du mal à assimiler et à utiliser. Parmi eux, citons :

  • Les graisses végétales comme l’huile de palme ou encore de coprah ;
  • Les graisses animales comme certains fromages, les viandes grasses ou encore le beurre.

Les autres acides gras sont dits « insaturés », c’est-à-dire qu’ils sont composés d’une ou plusieurs liaisons doubles. Elles sont souples, solubles dans l’eau, bien assimilées, vivantes mais fragiles. Elles permettent le transport des vitamines liposolubles citées plus haut.

Ces acides gras insaturés se divisent en deux sous-catégories : les mono-insaturés et les poly-insaturés.

On retrouve les mono-insaturés dans :

  • Les olives ;
  • Les avocats ;
  • Les amandes ;
  • Le beurre ;
  • Le foie gras.

Et les poly-insaturés dans :

  • Les poissons, notamment le maquereau et le saumon ;
  • Les fruits à coque ;
  • Les œufs ;
  • Les huiles de colza, noix, lin ;
  • Les huiles d’olive, arachide, pépins de raisin ;
  • Les noix ;
  • Les pignons de pin.

Certains acides gras sont dits « essentiels » parce que le corps ne peut pas les synthétiser. C’est le cas des oméga 3 et des oméga 6. Ils jouent un rôle important au niveau des membranes des cellules du corps.

 

Les vitamines et les minéraux qui interviennent dans les processus métaboliques du corps et donc indispensables.

Les vitamines sont des molécules organiques indispensables au bon fonctionnement du corps. Elles participent à de nombreuses réactions chimiques : assimilation des protéines, fixation du calcium, formation des anticorps, oxygénation des cellules…

On les trouve principalement dans l’alimentation et certaines, comme la vitamine D, peuvent être produites par notre corps.

Il existe deux sortes de vitamines :

  • Les vitamines hydrosolubles qui s’éliminent dans les urines et la transpiration et qui ne peuvent donc pas être stockées. C’est le cas pour les vitamines B (1, 2, 3, 5, 6, 8, 9,12) et C.
  • Les vitamines liposolubles qui elles, sont dissoutes dans les corps gras et peuvent s’accumuler dans les tissus adipeux. En excès, elles peuvent devenir toxiques. Il s’agit des vitamines A, D, E, F, K.

Pour être une source d’apport suffisant en vitamines, l’alimentation doit être :

  • Crue : Les vitamines sont sensibles à la chaleur. Notons par exemple que les vitamines C et PP sont détruites à une température supérieure à 60°C ou encore que les vitamines du groupe B ainsi que H et I sont détruites à une température supérieure à 110°C ;
  • Variée : les vitamines hydrosolubles sont surtout apportées par les fruits et les légumes et les liposolubles par les lipides alimentaires (huiles, poissons gras, jaune d’œuf, foie…). A noter que les aliments (comme l’œuf, les céréales germées, les levures, fromages, crustacés, les légumineuses…) comptent plusieurs types de vitamines ;
  • Fraîche : les vitamines s’oxydent à l’air et à la lumière. Idéalement il ne faut pas de stockage après la récolte et pas d’exposition à la lumière ;
  • « Bio » : les pesticides et les sols appauvris ne donneront pas des aliments riches en vitamines.

Les minéraux au même titre que les vitamines sont apportés par l’alimentation. On les retrouve dans les végétaux principalement (légumes, algues, graines germées, fruits rouges), les légumes secs, les céréales complètes, les oléagineux, le jaune d’œuf, les produits laitiers.

 

Les antioxydants : A ne pas oublier ! Lutte contre radicaux libres

Voici les principaux avec leur source :

  • Bêtacarotène, on les trouve dans légumes vert foncé, à chairs rouges (les lycopènes en font partie)
  • Vitamine C : Agrume, ail, graines germées
  • Vitamine E : Céréales, graines germées, crevettes
  • Vit B1/5/6 : Fruits séchés, graines germées
  • Sélénium : poissons et fruits de mer et autres produits animaux (abats, viandes, œufs), fruits à coque, levure de bière
  • Zinc : huitres, viandes blanches, graines germées
  • Flanonoides : raisins, tomates, baies
  • Coenzyme Q10 : noix, sardines, viande de bœuf

Cultiver son immunité

Cultiver son immunité selon la naturopathie

Soutenir son immunité avec la naturopathie

Préparer l’hiver dès l’automne !

 

Au début de l’automne, elle fait l’objet de toutes les attentions : l’Immunité !

Du coup, moi aussi j’ai eu envie de vous en parler 🙂

L’idée de cet article est de rappeler les moyens simples et de bon sens pour renforcer son immunité.

Voici donc quelques leviers pour vous aider, au besoin, à bien vivre ces quelques mois de pluie et de froid.

L’alimentation :

C’est LA clé de la santé ! Il faut donc, en cette période, apporter une attention particulière à ce que nous mangeons : majorité de fruits et de légumes de saison, éviter les produits industriels transformés et raffinés. Grand retour des soupes du soir et du “Régime méditerranéen” !

Se reposer et éviter la fatigue chronique :

En premier lieu, dormir et respecter son rythme de sommeil.

Gérer son stress : en cette période sanitaire complexe, il est parfois utile de faire une pause média (aucun média durant 24h) pour s’apaiser et se retrouver (sans avoir à porter toutes les tensions du monde qui nous entoure). Attention, je ne parle pas de faire l’autruche, mais simplement (2 à 3 fois par semaine), faire un break et revenir à la réalité de notre quotidien.

Enfin, cultiver le lâcher-prise pour ne plus se faire emporter par nos émotions, le stress, ou encore nos ruminations.

Bouger :

Au-delà d’être une évidence c’est essentiel ! Alors, faisons du sport, marchons, que ce soit sous le soleil ou sous la pluie ! Il faut s’aérer, respirer à pleins poumons, se remplir de l’énergie que nous offre la nature.

Avoir une bonne hygiène nasale :

Et oui, les muqueuses nasales constituent, avec les muqueuses pulmonaires et intestinales, une barrière contre les virus. Se nettoyer les fosses nasales et réduire les encombrements est un geste simple et efficace pour garantir une bonne hygiène nasale. Pour se faire, vous pouvez utiliser une Rhino Horn (économique et simple d’utilisation pour les grands, comme pour les petits).

Et pour les plus courageux :

La douche froide. Elle est reconnue comme “booster” d’énergie et renforcerait notre système immunitaire. A éviter néanmoins en cas de problème de santé ainsi qu’en période de grande fatigue.

 

L’importance du mouvement en naturopathie

La technique du mouvement en naturopathie

Le mouvement en naturopathie

Le mouvement, pratique indispensable à notre santé.

En naturopathie, l’une des lois de la santé est basée sur l’hygiène physique et nerveuse. Cette dernière s’entretient par la respiration, le mouvement, la relaxation et le repos.

Le corps ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Il est important d’avoir un niveau d’activité quotidien suffisant pour lancer les processus de reconstruction naturels du corps. Le mouvement favorise le fonctionnement de tous les autres systèmes. L’activité physique permet aux émonctoires (portes de sortie des déchets) de se mettre à fonctionner.

Le sport permet aussi de mieux relâcher le mental et donne l’occasion à notre système nerveux de se ressourcer. Il lui donne aussi une échappatoire pour extérioriser les stress. Les séances de « vide intellectuel » que l’on peut trouver dans la télé ou en surfant sur Internet ne permettent pas au système nerveux, dans sa globalité, de se régénérer. Les conséquences d’un manque d’activité sont une sensibilité accrue au stress, voir des performances intellectuelles en baisse.

Le sport pratiqué raisonnablement :

  • Renforce le corps et repose le système nerveux,
  • Augmente notre capacité à résister au stress,
  • Permet de maintenir une masse musculaire et osseuse.
  • Améliore les performances cognitives, chez les personnes âgées notamment.

Source : Extrait de « Secrets de naturopathes » de S Tétart et V Lopez.

 

La marche

Cultiver notre santé !

Hippocrate aurait dit, il y a 2000 ans : “La marche est le meilleur remède pour l’homme”. Si cela était vrai en ces temps lointains, ce constat fait encore plus sens aujourd’hui où nous sommes plus souvent assis qu’en mouvement.
La marche régulière (30 minutes minimum, 3 à 4 fois par semaine) agit sur les appareils locomoteurs et permet ainsi :
– de réduire le risque de maladie du cœur et d’AVC ;
– de faire baisser la tension artérielle ;
– de diminuer le taux de cholestérol sanguin ;
– d’augmenter la densité osseuse ;
– d’atténuer les conséquences négatives de l’arthrose, de soulager les maux de dos.
(Source : Centre canadien d’hygiène et sécurité au travail).
Je rajouterai à cela, que la marche permet une meilleure oxygénation de nos cellules, améliore l’humeur et le moral en plus d’affiner la silhouette.
Alors pourquoi s’en priver ?

 

Nourrir les quatre corps

Une des spécificités de la naturopathie tient au fait qu’elle soit holistique, c’est-à-dire, qu’elle prend en compte la personne dans son entièreté à savoir, ses habitudes de vie, le contexte social dans lequel elle vit, la relation aux autres, l’alimentation, la qualité du sommeil, ou encore la vitalité. Mais elle est également axée sur le fait qu’un être humain est constitué de quatre corps.

Nous ne sommes pas qu’un corps physique fait de chair et d’os, nous sommes multiples ! Et si le corps physique est le seul visible, les trois autres n’en sont pas moins importants pour l’équilibre de notre être.

Il y a donc le corps physique, mais également le corps mental (que l’on désigne souvent comme la tête ou encor « le mental »), le corps vital (cette énergie de vie qui nous enveloppe) et enfin, le corps spirituel (ouverture à ce qui nous dépasse, ce qui est Grand et Beau, à l’Univers – nous ne sommes pas là dans le religieux).

La démarche naturopathique a pour but d’harmoniser ces quatre corps, de les cultiver, de les nourrir. J’en viens donc à notre sujet de ce mois-ci : le Mouvement.

Il existe plusieurs disciplines qui touchent nos quatre corps et j’avais ici, envie de vous parler de 3 pratiques, chères à mon cœur que sont le Yoga, le Qi Gong et le Tai Chi. Ces pratiques basées sur le mouvement, le souffle, la circulation de l’énergie et la pleine conscience, développent et entretiennent nos quatre corps :

  • Le corps physique, par la mise en mouvement du corps, un travail sur les muscles, les articulations, les tissus conjonctifs (tendons et fascias notamment). Le corps gagne en force et en souplesse.
  • Le corps énergétique, par la (re)mise en circulation de l’Energie, ôtant ainsi les stagnations et les blocages. La force vitale est accrue.
  • Le corps mental, par le lâcher-prise et la centration lors de la pratique. Très bel outil pour la gestion du stress, la dépression ou encore les troubles du sommeil.
  • Le corps spirituel, par la recherche du mouvement juste, l’état méditatif proposé par la pratique. Cela permet de trouver sa place, d’être en paix avec ce (et ceux) qui nous entoure(nt).

Ce sont des disciplines complètes qui, au-delà de l’activité physique, nous éveillent, nous font prendre conscience des êtres complets et complexes que nous sommes. Elles nous transmettent une philosophie, un art de vivre qui est en complet accord avec les principes naturopathiques. Elles nous positionnent à notre juste place, en lien avec la Terre et le Ciel.

Pour résumer je dirais, le yoga, le Qi Gong et le Tai Chi sont des pratiques de santé naturelle riches et puissantes qui permettent :

  • Au corps d’être vivant,
  • A l’énergie de circuler,
  • Au mental de se centrer,
  • A tout notre être d’être en éveil et de gagner en sérénité.

Alors, en cette rentrée, soyez curieux et testez par vous-même 😉

La suite de l’article bientôt.

L’utilisation de l’eau en naturopathie

L'eau en naturopathie

L’utilisation de l’eau en naturopathie

L’eau, ressource vitale et précieuse.

L’EAU, c’est la vie, et pour les médecines naturelles, l’eau est un élément majeur pour potentialiser la santé. Il y a l’eau que l’on consomme mais aussi l’eau dans laquelle on se baigne, celle qui nous entoure et nous offre tous ses bienfaits. En naturopathie, l’utilisation de l’eau est une technique à part entière, aussi, j’ai eu envie de développer ce thème.

 

Boire, un besoin vital.

Quelques infos (non exhaustives) pour mieux comprendre.

L’être humain est composé de 60 à 70 % d’eau et il est intéressant de noter que l’organisme ne stocke pas cette eau. Elle est éliminée en permanence, notamment via l’urine, la transpiration, la respiration ou encore le processus de digestion. Cette perte doit être compensée d’où l’importance de boire… de l’eau !

Quel est rôle de l’eau dans le corps humain ?

  • Un rôle de transport des éléments.
  • Un rôle d’élimination des déchets toxiques et des toxines.
  • Un rôle de régulation, notamment de la température (via la transpiration).
  • Un rôle d’hydratation, ainsi, il convient d’être vigilant face aux pertes excessives d’eau. Soif et maux de tête sont les premiers signes d’une déshydratation.

Quelques fondamentaux pour bien s’hydrater :

  • Boire avant d’avoir soif. La soif est une réaction du corps pour avertir qu’il est en état de déshydratation.
  • Privilégier les « eaux claires », c’est-à-dire sans élément ajouté (seule garantie d’une bonne hydratation).
  • Si l’on fait le choix d’une eau en bouteille, la choisir peu minéralisée (idéal : taux de résidus secs inférieur à 50 mg/l, ceci est indiqué sur les étiquettes). L’eau est intéressante parce qu’elle emporte, plutôt que parce qu’elle apporte. C’est un support d’élimination.
  • Boire chaud et froid. Boire froid augmente l’élimination par les reins et boire chaud favorise l’élimination par la peau. Ainsi, on fait fonctionner ces deux émonctoires (portes de sortie des déchets).
  • Limiter les boissons déshydratantes comme le café, les boissons sucrées, ou encore, l’alcool.

Quand s’hydrater ?

  • Idéalement, le matin au réveil. Boire un grand verre d’eau permet de réhydrater le corps qui a subi un jeûne sec de plusieurs heures.
  • Avant le repas plutôt que pendant. Trop boire (plus de 2 verres) pendant les repas entraîne la dilution des sucs digestifs et peut altérer la digestion.
  • Répartir le reste dans la journée selon ses activités, le climat, la qualité de l’air…

Quelle quantité ?

Il est très difficile de donner une quantité qui ne soit pas propre à chacun. Mais retenons que nous perdons entre 2,5 et 3 litres d’eau par jour (en moyenne), ceci permet de comprendre les besoins en eau du corps. Cette eau doit être alors apportée par :

  • Une alimentation riche en légumes et fruits.
  • Des boissons diverses chaudes et froides.
  • De l’eau “claire”.

Quelle eau boire ?

Le sujet est complexe, entre l’eau du robinet (pas exempte de substances nocives), les eaux en bouteille (génératrices de déchets plastiques), les systèmes de filtration (onéreux et/ou pas forcément complets), il est difficile de s’y retrouver. Qui plus est, à ce jour, il n’y a pas de solution parfaite. A chacun donc, de se faire une opinion en fonction de ses choix de santé, de son budget et de ses convictions écologiques.

Sources : Secrets de naturopathes (S. Tétard et V. Lopez), Dossier L’eau, élément vital d’Alternative Santé n°74 déc 2019, Le grand livre de la naturopathie (C. Brun) et La naturopathie pour les nuls (A.C. Meret et A.M. Narboni).

 

L’eau, une technique majeure en naturopathie.

L’eau permet, grâce à l’utilisation du chaud et du froid, de solliciter les systèmes d’élimination du corps, mais elle agit également sur les systèmes glandulaires et nerveux. On utilise cette technique majeure en naturopathie sous forme de cure. Plus la vitalité d’un sujet est grande, plus on aura recours à des écarts de température importants. Ces techniques sont néanmoins à éviter en cas de problème de santé (notamment les pathologies cardiaques) ainsi qu’en période de grande fatigue.

L’utilisation de l’eau chaude va venir dilater, apaiser, éliminer les déchets. A contrario, l’eau froide est vitalisante. Elle favorise la circulation sanguine, renforce l’immunité, stimule le système endocrinien, resserre les tissus et clarifie le mental. L’eau tiède, elle, permet de normaliser les fonctions du corps, d’apaiser les tensions nerveuses et glandulaires et de régénérer les tissus.

Il est recommandé d’utiliser ces techniques à jeun ou après un repas léger.

Et si nous profitions de l’été pour tester la douche froide ?

La douche froide, mode d’emploi : Pour vous aider les premiers temps, vous pouvez commencer votre douche avec de l’eau tiède puis, peu à peu, baisser la température. Il faut rester au moins 2 minutes sous l’eau pour que l’effet du froid ait un impact sur l’organisme, et bien sûr, installer cette pratique dans le temps.

Une étude a démontré qu’une douche à 20°C durant 2 à 3 minutes entraine un afflux électrique important au niveau du cerveau susceptible d’agir comme un puissant antidépresseur naturel. 😊

Sources : Enseignements de l’Ecole de Naturopathie Jean Claude Léglise,  La naturopathie pour les nuls (A.C. Meret et A.M. Narboni) et  le site internet consoblog.com.

Profiter d’une nouvelle saison pour prendre soin de soi.

La naturopathie au fil des saisons

Chaque nouvelle saison est une opportunité de changer ses habitudes de vie. La naturopathie vous accompagne dans ce cheminement.

Le printemps impulse une énergie nouvelle. C’est la saison où la nature déploie sa force vitale, elle invite chacun de nous au renouveau, à la renaissance, à profiter de ce souffle de vie.
Si vous avez envie de tenter l’expérience, contactez-moi et prenons rendez-vous.

Nouvelle année, nouvelles compétences !

Naturopathie

La naturopathie ou l’art de cultiver sa santé au naturel

Quand la santé au naturel s’ajoute au bien-être

A cette nouvelle année s’ajoute de nouvelles compétences pour moi. J’ai donc le plaisir d’exercer maintenant, deux professions qui me portent et me nourrissent : le massage et la naturopathie !
Après plus de trois années de formation, je suis donc certifiée en naturopathie holistique. Holistique veut dire que cette discipline prend l’individu dans sa globalité, elle ne se réduit pas à un organe, à une maladie ou encore à un symptôme.
L’OMS définit la naturopathie comme un ensemble de méthodes de soins visant à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques. L’idée étant de rétablir les capacités d’auto-guérison inhérentes à chacun.
Lors de mes études, j’ai été formée aux sciences fondamentales, à l’hygiène vitale naturopathique, aux techniques de bilan de vitalité et de terrain, ainsi qu’aux 10 méthodes de santé au naturel et aux cures naturopathiques. Autant d’outils pour permettre d’accompagner chacun d’entre nous à un mieux être en accord avec le vivant. J’écris “chacun d’entre nous”, car cette formation, au delà du projet professionnel qu’elle couvait, a été avant tout, une expérience personnelle riche d’enseignements et d’expériences !
Je vous en dis plus très vite et espère avoir le plaisir de vous accompagner, tout au long de cette année, que ce soit à travers les massages ou la naturopathie. 😉

Massage et lâcher-prise

Quand massage rime avec lâcher prise

Le massage bien-être apporte des bienfaits physiques mais également un lâcher prise pour soulager le mental.

Lâcher-prise… En quoi est-ce bénéfique ?

A force de vouloir contrôler tout ce qui nous entoure, nous gaspillons notre énergie et perdons notre sérénité. D’où l’importance du fameux “lâcher-prise” !
Mais en quoi est-ce si important de savoir lâcher-prise et qu’est-ce que cela apporte ?
Lâcher prise, c’est mettre de côté tout ce qui nous empêche d’aller bien. C’est un acte libérateur qui implique un travail sur soi pour accepter d’avoir confiance en soi, et plus largement en la vie. C’est pouvoir se reconnaître tel que nous sommes avec nos forces et nos faiblesses, nos limites naturelles étant totalement acceptées.

Lâcher prise, ce n’est pas se désengager. Il ne s’agit, ni de se soumettre, ni de se résigner mais de se détacher de ce qui nous tourmente inutilement et nous empêche d’évoluer.

Le massage permet cet état. Une séance de massage, apporte une relaxation au niveau mental et une récupération au niveau physique. Le lâcher-prise ouvre également la voie à des bénéfices à plus long terme : qualité du sommeil, qualité de concentration, faculté de récupération, gestion du stress…

Comment cela fonctionne ? Durant le massage, le cerveau reçoit un flot des sensations physiques captées par le corps. Ces sensations reçues par l’épiderme, sont traitées en priorité et prennent le dessus sur les autres occupations ou préoccupations. Ce mécanisme de saturation du cerveau par les sensations met ce dernier dans un état proche de l’hypnose ou de la méditation rendant ainsi possible une complète déconnexion.

Cependant, le lâcher-prise n’est pas facilement accessible à tous. Tout du moins, pas forcément lors des premiers massages. Le lâcher-prise par le massage peut s’avérer une découverte progressive, une acceptation, un apprentissage, qui pourra se dessiner au fur et à mesure des massages. Il suppose également d’avoir confiance dans les gestes du masseur afin que le cerveau s’autorise à abandonner sa vigilance.

Bien souvent, il suffit de 2 à 3 séances pour accéder à la capacité de lâcher-prise.

Une fois le lâcher-prise acquis, la séance de massage constitue une magnifique solution pour qui veut mettre entre parenthèses ses soucis, ses urgences, son stress. Cette mise au repos s’avère rapide à acquérir et puissante, conjuguant les bénéfices associés au repos de l’esprit et du corps.

Cet article est inspiré de l’article “Lâcher-prise, en quoi est-ce bénéfique”, publié sur le site “Je me fais masser” http://www.jemefaismasser.fr/lacher-prise-en-quoi-est-ce-benefique/#more-384